La commune de demain, moderne et verte

Certes, Anderlecht n’est pas New York mais que cela ne nous empêche pas d’avoir l’ambition d’en faire une commune moderne, qui compte différents quartiers, mais pas des ghettos. Si Harlem a pu devenir un quartier sûr, Kuregem peut le devenir aussi, je pense. Nous continuons donc à miser sur la sécurité et la propreté, au moyen d’une politique énergique. Deuxièmement, le politique doit veiller à assurer un mix social. Pour stimuler notre commune et lui donner l’allure qu’elle mérite, il faut impérativement attirer plus d’habitants actifs. Enfin, nous devons donner aux gens l’envie de sortir à Anderlecht. Bon nombre de places sont des déserts de pierre. Nous voulons des espaces verts ouverts, avec quelques bancs, une œuvre d’art, des jeux pour les « ketjes » et un parterre de fleurs.


À la limite entre Kuregem et le centre, le long du canal, un nouveau quartier verra le jour, le bourgmestre a déjà attiré des investisseurs. Ce projet ouvre des perspectives. Oubliez pour une fois Neerpede et La Cambre le dimanche pour faire un tour. Pensez plutôt aux environs du canal à Anderlecht, qui deviendra un endroit branché où des activités récréatives auront lieu. Les gens s’y promènent déjà en vélo ou à pied. Nous voulons aussi une meilleure accessibilité, de beaux petits bancs, un terrain de badminton, une terrasse avec des transats et une aire zen pour s’adonner au yoga, par exemple… L’eau crée un nouveau cadre agréable pour se détendre et prendre du bon temps. Anderlecht deviendra ainsi synonyme de fraîcheur et de convivialité.