Enseignement & jeunesse

Le babyboom de ces dernières années a généré un manque criant de places en crèches et dans l’enseignement fondamental. Nous devons tout mettre en œuvre avec les Communautés pour augmenter sensiblement la capacité d’accueil, dans les années à venir aussi. En effet, sans une capacité d’accueil suffisante et un enseignement solide, nous nous heurterons à un fiasco social.

Le babyboom de ces dernières années a généré un manque criant de places en crèches et dans l’enseignement fondamental. Nous devons tout mettre en œuvre avec les Communautés pour augmenter sensiblement la capacité d’accueil, dans les années à venir aussi. En effet, sans une capacité d’accueil suffisante et un enseignement solide, nous nous heurterons à un fiasco social.

En effet, tout commence par une bonne formation. À l’heure actuelle, trop de jeunes abandonnent l’école sans diplôme. C’est à la fois dramatique pour notre marché de l’emploi et pour leur avenir. Dans mon quartier, nous mettons en place un réseau pour aider les enfants et les jeunes dans leurs études à faire leurs devoirs. Chaque quartier peut ensuite doper les chances de réussite scolaire des jeunes Anderlechtois avec un projet d’école de devoirs. Je souhaite impliquer les comités de quartier et les écoles dans de tels projets. Les élèves peuvent aussi s’aider mutuellement dans ces réseaux. Nous agissons donc aussi sur le terrain de la solidarité et du civisme, car ce sont des valeurs en lesquelles je crois. Qui dit démocratie, dit engagement des citoyens. De plus, nous devons aussi veiller à ce qu’il y ait davantage d’écoles d’immersion et de projets linguistiques. Le bilinguisme est en effet le minimum requis pour trouver du travail dans notre capitale.

À côté de l’enseignement, les jeunes et les enfants ont besoin de détente pour s’épanouir. C’est tout à fait indispensable à leur développement. L’offre récréative à Anderlecht pourrait être étendue. Je préconise plus de maisons de jeunes et de salles des fêtes, une alternative de choix à la rue. Les mouvements de jeunesse et associations sportives doivent être accessibles à tous et abordables. J’aimerais interroger les jeunes, via les écoles et les réseaux sociaux sur internet, sur leur idées concernant les temps libres dans leur commune.